L'apparition de Mercure

Mercure apparaît à Enée
Les apparitions de Mercure sont essentielles : ce sont, là, les dernières épiphanies divines oraculaires avant l'arrivée en terre ausonienne. Mercure est mandaté par Jupiter, garant du Fatum, pour rappeler Enée à l'ordre. Les mots du roi des dieux sont sans équivoque et celles du Messager sont sans concession. Cette première apparition divine n'apporte pas l'effet escompté; il en faut une seconde, nocturne cette fois. Enée est, ici, clairement endormi (Aeneas carpebat somnos IV,555). Mercure oppose à son apparente insouciance la furie de Didon (irarum concitat aestus IV,564) et lui ordonne de partir. Enée s'exécute, terrifié (exterritus IV,571), dans une hâte à la mesure de la violence des propos de Mercure.
Cette apparition marque un moment crucial du cheminement d'Enée. Elle n'a pas la même portée que les autres car elle n'apprend rien qu'Enée ne sache déjà mais elle l'oblige à tirer un trait sur un passé révolu et à envisager un avenir long et glorieux. D'une certaine façon, Mercure extrait Enée de sa conscience passive et inerte pour l'éveiller à la pleine conscience de ce qu'il est (natus dea comme le rappelle chaque apparition) et de ce que le Fatum attend de lui. Il doit couper les amarres de la léthargie (IV,579-580). Et, c'est ce qu'il fait en héros épique.
Icône de l'outil pédagogique Le texte - IV,265-283
260 Aenean fundantem arces ac tecta nouantem
conspicit; atque illi stellatus iaspide fulua
ensis erat, Tyrioque ardebat murice laena
demissa ex umeris, diues quae munera Dido
fecerat, et tenui telas discreuerat auro.

Continuo inuadit: "Tu nunc Karthaginis altae
fundamenta locas, pulchramque uxorius urbem
exstruis, heu regni rerumque oblite tuarum?
Ipse deum tibi me claro demittit Olympo
regnator, caelum ac terras qui numine torquet;

ipse haec ferre iubet celeris mandata per auras:
quid struis, aut qua spe Libycis teris otia terris?
Si te nulla mouet tantarum gloria rerum,
nec super ipse tua moliris laude laborem,
Ascanium surgentem et spes heredis Iuli

respice, cui regnum Italiae Romanaque tellus
debentur." Tali Cyllenius ore locutus
mortalis uisus medio sermone reliquit,
et procul in tenuem ex oculis euanuit auram.
At uero Aeneas aspectu obmutuit amens,

arrectaeque horrore comae, et uox faucibus haesit.
Ardet abire fuga dulcisque relinquere terras,
attonitus tanto monitu imperioque deorum.


Icône de l'outil pédagogique Exploitations possibles
  • en exercice de la 1ère famille de tâche : la description de Mercure ( IV,236-260)
  • iconographie (famille de tâches 2 et 3) : mise en relation du tableau ci-dessus avec d'autres oeuvres dont le thème est l'appartion ou le songe :
          • Valesio : Hugues apparaît à Godefroi
          • Tiepolo : Armide surprend Renaud endormi
          • Rubens : Saint François recevant les stigmates
          • Van Loo : Clorinde morte apparaît en songe à Tancrède
          • Goujon : le songe de Poliphile

                                          Pour les notices de ces oeuvres, cliquez ici

  • Questionnement :
    • Le double message de Mercure sur le moment et sur la situation à Carthage
    • La connaissance des dieux de l'avanir
  • Acquisition lexicale autour de :
    • imperium
    • numen